Le design des années 50

 Le design des années 50

Moulinex libère la femme

Moulinex libère la femme

Les années 50 marquent l’arrivée de la production et de la consommation de masse parmi lesquels l’électroménager et la voiture changent les modes de vie. C’est aussi les grands débuts du modèle américain.

Dans l’industrie de masse grandissante, le design est logiquement  intégré comme partie inhérente du projet marketing d’un objet; il est considéré comme un élément majeur d’humanisation des produits de consommation. C’est l’avènement du design industriel dans de nombreux pays.

Le mobilier des années  1950 devient plus modulable et plus fonctionnel grâce à l’utilisation de nouveaux matériaux (métaux, plastiques) et l’évolution des techniques de fabrication comme le moulage. Il repose souvent sur des piétements métalliques et les structures monocoque en plastique ou en bois lamellé-collé apparaissent déjà, c’est aussi le début du  de la table en Formica.

Diamond Chair, Harry Bertoia pour Knoll en 1952

Diamond Chair, Harry Bertoia pour Knoll en 1952

Esthétiques nouvelles made in USA

Les USA, vainqueurs incontestés de la seconde Guerre Mondiale, donnent le ton culturel, il en va de même dans le domaine du design avec des entreprises comme Herman Miller et Knoll.

Knoll prendra une place considérable dans l’histoire du design du XXème siècle.

Knoll est une entreprise spécialiste dans l’agencement de bureau et la fabrication de mobilier créée en 1938 aux États-Unis par Hans Knoll, entrepreneur d’origine allemande et sa  femme Florence.

Chaise Tulpe, Eero Saarinen, Knoll, 1956

Chaise Tulpe, Eero Saarinen, Knoll, 1956

Cette entreprise fera preuve d’une grande créativité et le style Knoll s’affirme dans le paysage design d’après-guerre. La clé de son succès: un service de planification («Planning Unit ») complétement inédit pour l’époque: le design s’implique dans une réflexion globale  incluant  architecture intérieure, design, graphisme, textiles, production …

En 1955, suite au décès de Hans, Florence prend la tête de la société .

L’entreprise Knoll rééditera du mobilier du Bauhaus comme la chaise Wassily de Marcel Breuer et la Barcelone de Ludwig Mies van der Rohe, et collaborera entre autres avec  Eero Saarinen, Isamu Noguchi, Frank Gehry et Ross Lovegrove.

Fauteuil Ottoman, Charles et Ray Eames, 1956, Herman Miller

Fauteuil Ottoman, Charles et Ray Eames, 1956, Herman Miller

Également chez Herman Miller  les désormais célèbres fauteuils Eiffel Towers des Eames paraissent en 1952.

La France et l’Angleterre font de la résistance:

Ombre Chair Charlotte Perriand (1954)

Ombre Chair Charlotte Perriand (1954)

La France et l’Angleterre restent assez réticentes au design industriel, et si les objets de consommation de masse adoptent souvent les lignes « streamline » américaines la décoration et surtout le mobilier gardent une préférence artisanale.

En terme d’architecture intérieure et de mobilier les membres de l‘UAM, en place depuis les années 30, demeurent la référence de la modernité française: Jean Prouvé, Le Corbusier, Charlotte Perriand.

Mathieu Matégot, est un designer français d’origine hongroise qui se fera connaitre  avec beaucoup d’audace dans les années 50.

Chaise Nagasaki; 1954

Chaise Nagasaki; 1954

Le design industriel anglais des années 50 ne semble intéresser les anglais que dans le domaine de l’automobile.

Chaise Antelope; 1951

A noter cependant, la fameuse chaise Antelope dessinée par Ernest Race en 1950 qui deviendra un grand classique.

Le « miracle italien »

Pierro Fornassetti

Pierro Fornassetti

En Italie en revanche on assiste à un essor fulgurant de l’industrie du design, « le miracle italien »est dû non seulement au faible cout de la main d’œuvre, mais aussi à la réelle volonté d’un changement plastique et d’une collaboration entre l’industrie  et l’artisanat qui élèvera l’Italie dans une position de leader.

Les designers se multiplient, Carlo Mollino, Franco Albini, Giuseppe  Terragi, Marco Zanuso ou encore Gio Ponti, Gino Sarfatti et  sont autant de grands noms du design italien qui marquent les années 50.  Piero Fornasseti  éditée dès 1950 une assiette en porcelaine ornée du fameux visage devenu emblème de la marque.

Chaise Superleggera, Gio Ponti,Cassina,1957

Chaise Superleggera, Gio Ponti,Cassina,1957

Fauteuil Lady, 1951 Marco Zanuso pour Arflex

Fauteuil Lady, 1951
Marco Zanuso pour Arflex

Fauteuil Tre Pezzi, Franco Albini, 1959, Cassina

Fauteuil Tre Pezzi, Franco Albini, 1959, Cassina

L’ULM, nouvelle école Allemande

En Allemagne en  1955 naît une école post-Bauhaus intitulée la Hochschule für Gestaltung d’Ulm (HfG Ulm),ou plus simplement l’ École d’Ulm, qui continuera dans la même voie que le Bahaus  tout en s’orientant vers la production industrielle et le développement du rationalisme. Il en résulte moins de mobilier et une moindre influence sur la scène internationale d’après-guerre, contexte oblige… Divisée par des conflits politiques l’ULM connaitra le même sort que le Bauhaus.

Fritz Eichler, Radio Braun, 1953

Fritz Eichler, Radio Braun, 1953

Hans Roericht, service empliable TC100

Hans Roericht, service empliable TC100

L’entreprise Vitra nait en allemagne en 1950 et demeure encore aujourd’hui un éditeur historique incontournable dans le domaine du mobilier design haut de gamme.

Affirmation du design scandinave

Les années 50 marque aussi l’affirmation et la reconnaissance internationale du design scandinave.

Introduit en 1940 par des designers et architectes comme Alvar Aalto, l’esthétique scandinave, épurée et organique, continue de séduire et explose véritablement dans les années 50: Verner Panton, Poul Heningsen, Hans Wegner …

Arne Jacobsen dessine la fameuse chaise fourmi au début de la décennie, elle est éditée par Fritz Hansen dès 1952.

Chaise fourmi, Arne Jacobsen, 1952

Lampe PH Artichoke, Poul Henningsen ,1958

Lampe PH Artichoke, Poul Henningsen ,1958

Fauteuil Arabesk, Folke Jansson, 1955, Ihreborn

Fauteuil Arabesk, Folke Jansson, 1955, Ihreborn

Fauteuil Swan en cuir, Arne Jacobsen, 1958, Fritz Hansen

Fauteuil Swan en cuir, Arne Jacobsen, 1958, Fritz Hansen

Le design japonais pointe son nez

Des designers comme  Isamu Noguchi, Riki Watanabe et Sori Yanagi collaborent avec les grands éditeurs et ouvrent la voie du design japonais, toujours fonctionnel et minimaliste

Lampe de sol «Akari» 10A, Isamu Noguchi, 1951

Lampe de sol «Akari» 10A, Isamu Noguchi, 1951

Tabouret "Butterfly", Sori Yanagi pour Tendo Mokko Co, 1956

Tabouret « Butterfly », Sori Yanagi pour Tendo Mokko Co, 1956

Solid Stool, Riki Watanabe, 1954

Solid Stool, Riki Watanabe, 1954



Vous appréciez ? Partagez !

,
3 comments on “Le design des années 50
  1. Pingback: TLD Toute La Decoration | Reédition de Gio Ponti par Molteni

  2. Pingback: TLD Toute La Decoration | Le buffet en vogue : L’enfilade

  3. Pingback: TLD Toute La Decoration | George Nelson, designer du modernisme americain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *