Design des années 80

Le design des années 80 à la loupe

 

Décalées, drôles, originales, voir politique, les pièces design des années 80 prennent de la valeur sur la marché de l’art, de quoi en profiter pour revoir ces designers et pièces  incontournables.

Comprendre le design des 80’s

Frank Schreiner, Consumers rest chair, 1983 (prototype)

Frank Schreiner, Consumers rest chair, 1983 (prototype)

Les années 80 marquent un tournant dans l’évolution du design, une fracture esthétique, et un désir de renouvellement qui engendreront un design éclectique, hybride et parfois contestataire.

On parle aussi de « design de laboratoire » car expérimentation est alors le mot d’ordre de nombreux designers.

En réalité pour la première fois il n’existe plus de courant ou de grandes écoles, ce sont les designers eux-même qui sont sous le feu des projecteurs.

En réaction à la production de masse des années 60 et 70 les designers du post-modernisme s’accordent sur le refus de l’ancienne conception du design, le fonctionnalisme .

A travers le renouveau et le questionnement du design, la remise en cause de toute une société consumériste et de ses effets pervers. Pourtant  le design des années 80  marquera l’avènement de l’individualisme.

Le design des année 80 étant marqué par l’individualisme, on observe presque autant de styles que d’individus.
Si le design des années précédentes recherchait la démocratisation par la production de masse le design des années 80 constitue une contre-révolution en ce sens qu’il permettrait aux individus de se différencier. Il s’agit  donc d’un design identitaire.

strong>Le groupe de Memphis ainsi que le design post-industriel qui influencera particulièrement l’ Angleterre, sont le reflet de cette remise en cause de la société et de ses modes de consommation. Ils témoignent de la demande de créer du sens et d’humaniser la production, en opposition au modernisme fonctionnel, rationnel, et à  la production massive des décennies passées.

Le design se met à (re)penser la société .

Loin des ces considérations intellectuelles et sociales, de la volonté de rupture, d’autres designers (dont Philippe Starck) se positionnent en esthètes et prônent un design purement décoratif qui n’hésite pas à s’inspirer du passé pour se renouveler.

C’est aussi la naissance du design néo-baroque et néo-decoratif.

Le design italien: Il Nuovo Design

Les italiens occupent le devant de la scène avec des noms comme Ettore Sottsass, Alessandro Mendini, Matteo Thune, Michel de Lucci, Gaetano Pesce et  Alberto Meda.

« Faire du design, ce n’est pas donner forme à un produit plus ou moins stupide pour une industrie plus ou moins luxueuse. Pour moi le design est une façon de débattre de la vie. » Ettore Sottsass

Bibliothèque Claustra Carlton (1981), Memphis

Bibliothèque Claustra Carlton (1981), Memphis

Lampe de Michel de Lucci, Oceanic, 1982

Lampe de Michel de Lucci, Oceanic, 1982

fauteuil_feltri_gaetano_pesce-1986-Cassina-4400

Fauteuil Feltri, Gaetano Pesce pour Cassina, 1986

Les année 80 marque aussi la découverte et la reconnaissance de designers japonais.

Notamment avec l’œuvre de Koichiro Kuramata. Ces œuvres sont maintenant aussi rares que leurs prix de vente sont élevés.

Fauteuil Miss Blanche, Koichiro Kuramata; 1986

Fauteuil Miss Blanche, Koichiro Kuramata; 1986

Fauteuil How High The Moon, Koichira Kuramata, 1986

Fauteuil How High The Moon, Koichira Kuramata, 1986

En Angleterre: design post-industriel

Les anglais aussi ont leurs icônes des années 80 avec des noms tels que Ron Arad et Tom Nixon (réellement reconnu dans les années 90). Ces artistes épousent la variante du   post-modernisme dénommé post-industrialisme spécifique à la Grande Bretagne.

Ce post-industrialisme est une réaction des designers, qui, face à l’industrie de la production de masse des années 70, se retournent vers des créations en série limitée, voire des pièces uniques. Ce post-modernisme fait donc écho au groupe de Memphis en Italie.

Les artistes comme Ron Arad ou Tom Dixon résument particulièrement cette tendance du retour à l’exceptionnel contre le design de masse et sa standardisation. Le design emprunte alors les codes de l’art et de l’artisanat.

Le designer israélien Ron Arad est sans soute l’un des plus célèbre designers des années 80 en Angleterre. Il propose une nouvelle approche du design, de nouvelles formes, de nouveaux matériaux, de nouvelles transformations, tout en privilégiant des lignes courbes et généreuses. Son œuvre est faite d’expérimentation, comme un  réconciliation de l’artisanat et du design industriel.

Fauteuil How High The Moon, Koichira Kuramata, 1986

Fauteuil How High The Moon, Koichira Kuramata, 1986

Design néo-décoratif et néo-baroque :

Même la tradition se renouvelle dans les années 80 et les designers n’hésitent plus a s’inspirer des styles classiques, menant naturellement à ce qui est dénommé comme étant du design néo-décoratif et néo-baroque.

Marc Newson commencera a se faire connaitre a la fin des années 80. Il est maintenant l’un des designers les plus chers de sa génération. Son œuvre est essentiellement constituée de séries limitées.

New Pod of Drawers, Marc Newson, 1987

New Pod of Drawers, Marc Newson, 1987

Les français aussi se font remarquer, les créations d’un certain Starck connaissent beaucoup de succès. Son fauteuil Coste et Richard III se placent ainsi dans la tendance néo-décorative.

Fauteuil Coste, Philippe Starck, Driade, 1985

Fauteuil Coste, Philippe Starck, Driade, 1985

Fauteuil Richard III, Philippe Starck pour Baleri Italia,1985

Fauteuil Richard III, Philippe Starck pour Baleri Italia,1985

 

Et vous? Que vous inspire le deign des années 80? Prêt à franchir le cap ?

Vous appréciez ? Partagez !

, , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *